3 questions à Christophe Anne, Responsable d’ALTEA Ingénierie Sociale

ALTE@ : Qu’est-ce que le conseil en ingénierie sociale et patrimoniale ?

Christophe Anne : L’ingénierie sociale, c’est l’univers des rémunérations périphériques, aussi appelées « rémunérations variables », de l’entreprise.

Elles englobent des sujets aussi variés que la prévoyance, la protection sociale et la santé, l’épargne retraite, l’épargne salariale, les dividendes, primes et avantages en nature.

Les dispositifs de rémunération complémentaires concernent toutes les structures, des TPE aux grands groupes, en passant par les professions libérales et les indépendants (TNS ou « travailleurs non-salariés »).

Au-delà de la taille de la structure, si l’on veut établir une typologie des acteurs concernés par le sujet, on peut dire que la mise en place d’une politique de rémunération variable concerne aussi bien le collectif que l’individuel, qu’il s’agisse des salariés, de la personne du dirigeant ou de celui qui exerce en tant que profession libérale.

L’ ingénierie sociale et patrimoniale consiste à conseiller les chefs d’entreprise et professions libérales sur les orientations les plus pertinentes pour leur activité mais aussi, par extension, sur leur patrimoine. En effet, le but ultime de l’ingénierie sociale est bel et bien de contribuer à l’optimisation du patrimoine de ceux qui bénéficient de rémunérations périphériques, salariés ou non.

 

Comprendre l’ingénierie sociale


ALTE@ : Pourquoi mettre en place un système de rémunération variable dans son entreprise ?

C.A.: La politique de rémunération variable est à la fois un levier d’optimisation du patrimoine du dirigeant, un outil managérial pour motiver et fidéliser les salariés et un élément de bonne gestion qui contribue à la bonne santé des organisations à long terme.

Le principal atout des rémunérations variables réside dans le fait qu’elles sont exemptes de charges, pour le salarié et pour l’entreprise – hors forfait social, CSG et CRDS -. Ce n’est pas anecdotique, particulièrement en période de crise. Ainsi, lorsque l’activité de l’entreprise connaît une baisse, les charges diminuent en proportion, ce qui n’est pas le cas lorsque l’entreprise rémunère intégralement ses salariés en fixe. Concrètement, la mise en place d’une politique de rémunération variable peut permettre d’éviter des licenciements.

 

Les avantages sont nombreux :

–       Reconnecter les charges avec l’activité de l’entreprise

–       Mieux gérer sa masse salariale et maîtriser ses risques

–       Motiver et fidéliser les salariés

–       Valoriser l’image de l’entreprise auprès de ses différents publics : salariés, partenaires sociaux, clients…

 

ALTE@ : En quoi consiste la démarche du conseiller en ingénierie sociale ?

C.A. : Pour toute entreprise que je rencontre, j’étudie la politique de rémunération en place puis j’effectue des simulations avec différents dispositifs de rémunération variable en projetant les résultats sur plusieurs années.

Au-delà, l’objectif d’Altéa Patrimoine Ingénierie Sociale est bel et bien d’offrir un accompagnement dans la préparation globale à la retraite. Avec l’effondrement à court terme du régime de retraite par répartition, la retraite par capitalisation devient indispensable. L’ingénierie sociale en est un levier, dont l’efficacité est maximisée par le recours à d’autres, comme l’investissement immobilier ou le placement financier.

Retour au sommaire